Il y a un temps pour tout

« Toutes les choses que Dieu a faites sont bonnes en leur temps. Dieu a mis toute la durée du temps dans l’esprit de l’homme, et pourtant celui-ci est incapable d’embrasser l’œuvre que Dieu a faite, du début jusqu’à la fin. » (Qôhélet 3,11)

A côté de mes bureaux, il y a une paroisse qui s’appelle Saint Philippe du Roule. J’y ai mis timidement les pieds l’année dernière juste après avoir démarré mes nouvelles activités professionnelles dans le quartier, jusqu’à devenir totalement saisie par la spiritualité des lieux et la Foi rayonnante de son curé. Et j’ai été doublement impressionnée par l’assiduité des fidèles, notamment à la messe du vendredi midi qui est consacrée et animée par les professionnels du quartier, où la ferveur est grande et le nombre de participants toujours important, compte-tenu d’une messe en semaine et d’un quartier plus bureau que résidentiel.

Les voies du Seigneur sont effectivement impénétrables car cette découverte tout à fait improbable (improbable quand on sait que j’ai travaillé, il y a presque 6 ans, 8 années dans ce quartier sans n’avoir franchi une seule fois les portes de cette église) a fortement revigoré ma vie spirituelle jusqu’à me donner le goût de la messe en semaine, ce qui me semblait tout à fait inconcevable pour moi il y a encore deux ans.

Pour ceux qui dans mon entourage, et en particulier professionnel, s’étonne, s’interroge, trouve cela curieux, d’aller à la messe, déjà le dimanche mais encore plus en semaine, je ne peux que témoigner que se retrouver à 12h30 en semaine avec du costard-cravate et de l’escarpin, des sourires, un repas à partager à la sortie, un prêtre rayonnant et un sermon qui vous aide à devenir meilleur, est extrêmement décapant et vous sortez avec la banane, gonflés à bloc.

Dans ma quête perpétuelle de rendre cohérentes (il y a encore du boulot …) vie quotidienne et vies spirituelle et intellectuelle, j’ai pris l’habitude de prendre à l’arrachée quelques notes de phrases à méditer issues des sermons, car pour le coup ce prêtre a cette capacité extraordinaire à faire jongler admirablement cœur, corps, esprit dans une unité qui fait traverser les messages d’en Haut de la tête jusqu’au pied.

La lecture du jour m’a ainsi particulièrement plu car elle parle d’un thème qui m’est particulièrement cher et qui est celui d’accepter le temps présent. Non pas pour s’y résigner, mais pour prendre le temps de chercher les traces du divin dans nos vies et en acceptant l’idée qu’il y a un temps pour tout, même quand les évènements nous dépassent.

Apprendre à savoir attribuer les mêmes saveurs à l’exceptionnel qu’au temps ordinaire, c’est reconnaître une continuité qui est celle de la visite de Dieu dans nos vies.

Tout ainsi peut concourir à la sainteté, si on laisse la Foi changer notre regard sur le monde et imprégner ce que nous faisons et disons.

C’est dans les temps troublés que naissent de nouvelles formes de sainteté.

A nous de choisir de rester de ternes témoins de Dieu ou des témoins emplis de l’Espérance que Dieu met dans nos vies, à chaque instant.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.