Luchini et moi

Quand Olivier Sauton imite Fabrice Luchini en professeur de théâtre dont il est l’élève totalement inculte mais rêvant de devenir comédien, vous avez un one man show absolument truculent drôle où vous retrouvez toute la verve et le phrasé du comédien. Un moment délicieux plein de finesse où le talent du comédien sert merveilleusement la langue française et ses grands auteurs
« Il vaut mieux un fantasme réussi qu’une réalité décevante  »
C’est à l’Archipel en ce moment

Les visages pâles de Solange Bied-Charreton

Si comme moi vos souvenirs d’enfance de films spaghettis vous font résonner immédiatement « Visages pâles » avec « blancs », c’est que soit vous êtes trop empreints d’images de cow-boys et d’indiens, soit, comme me l’a écrit l’auteur, il faut être légèrement obsédé par ces thèmes et être dans les milieux « natio » pour que le titre sonne « blanc ».

Je dois donc être légèrement voire énormément obsédée par ce sujet pour y avoir fait un lien direct, surtout quand j’ai pu lire par ailleurs dans des interviews que l’auteur parle dans son roman de Manif pour tous, de mort de l’occident, de famille bourgeoise décadente ; et il a bon dos le « Visage Pâle » surtout en ce moment. Autant de thèmes donc qui ne m’auraient pas spontanément orientée vers le choix de ce livre, s’il ne m’avait pas été recommandé par un ami libraire.

Lire la suite

L’intimité de Rembrandt au musée Jacquemart-André

Il y a des endroits où l’on se sent d’emblée merveilleusement bien, surtout quand architecture, décors, histoires, vieilles pierres viennent délicieusement réveiller votre imagination et vous transporter en un rien de temps vers d’autres sphères. Les théâtres en particulier me font cet effet là, mais il y a lieu que j’aime tout particulièrement à Paris qui est le Musée Jacquemart-André.
Hôtel particulier du XIXeme, en retrait du boulevard Haussmann, ce musée fut autrefois la demeure des époux André-Jacquemart, inlassables collectionneurs, et fut légué à la mort de Nelly Jacquemart à l’Institut de France avec pour mission de ne rien y toucher.

Lire la suite

Les réunions de parents d’élèves

Les réunions de parents d’élèves : microcosmes de vie en société

Hommage à mon amie Cécile

Assister à une réunion de parents d’élèves/professeurs, même en classe de CM1, c’est maitriser l’art de ne pas devenir dingue ou de trépigner sur sa chaise en toute discrétion.

Je ne parle pas des maitresses qui, prenant les réformes, les contraintes, les classes surchargées, les plans vigipirates de plein fouet, sont le plus souvent dévouées et dignes d’admiration.

Non, non, je parle des parents dont je n’ose douter que s’il y avait une caméra cachée, ils seraient les premiers à rire d’eux-mêmes et à s’écrier, « au secours, dites-moi que je ne suis pas comme ça ! ».

Et ben si, car pendant cette heure de réunion, c’est de l’avenir de nos enfants dont on parle, nos enfants si fragiles, si sensibles, si peu prompts à l’effort, si géniaux, si fatigués, si occupés et ne supportant aucune contrainte.

Lire la suite

Quand le bonheur se résume à 1,3 sur 20 ans

Je travaille dans un secteur où les qualités humaines ne sont pas les plus recherchées. Non pas que bienveillance, courtoisie, chaleur, rigolades ne sont pas au rendez-vous, mais on vous valorise davantage sur vos performances et votre chiffre d’affaires que sur la qualité de votre âme ou la densité de votre vie spirituelle, et l’épaisseur de votre compte en banque est le meilleur baromètre pour mesurer votre réussite dans la vie.

Sur ce critère, ma vie je l’avoue est totalement foutue, si l’on en juge par la rapidité avec laquelle les chiffres qui apparaissent en fin de mois sur mon compte internet diminuent à la vitesse de l’éclair, et ce aussi rapidement que le compteur du téléthon augmente au fil des heures.

Lire la suite

Finir sa journée avec le concert de The Divine Comedy

Il y a des matins où on se lève et où on pressent que la journée sera compliquée. Plus de café, votre fille qui vous fait une tête de trois mètres de long sans savoir pourquoi, le métro où votre petite place bien planquée pour bouquiner vous est raquettée par un hurlement « qui me laisse sa place ?», vos chaussures qui sont certes très jolies mais quand il fait 30° vous font mal aux pieds, et l’arrivée au bureau où vous sentez que votre boss a cogité tout le week-end et que la réunion du lundi matin sera tendue.

Et là généralement, le pressentiment devient réalité. Ça se hume, ça se sent, et tel l’orage, on sait que ça tonner mais on ne sait pas trop où la foudre va tomber. On essaie de rester visser sur son fauteuil en restant tranquille en espérant que personne ne vous remarque mais à quatre dans un bureau en étant la seule femme, et deux autres hommes dans les bureaux voisins, et ben c’est comme à la maison, on a toujours besoin de vous parler et vous êtes iiiiiiindispensable. Lire la suite

Dans les yeux de son père

Il m’est apparu pendant longtemps que je ne serais jamais à la hauteur des attentes intellectuelles de mon père quand pendant des années il m’a semblé entendre dans nos échanges « ma fillote, ce que tu dis n’est pas dénué d’intérêt mais la question est mal posée » ou « ma fillote ce que tu dis est intéressant si ce n’est que le postulat de base est erroné ».

Je m’en suis posée des questions et cherché des postulats de base qui donneraient du fondement à mes propos. Je m’en suis farcie des bouquins qui me permettraient de comprendre la quintessence du raisonnement thomiste, le génie d’un Thibon, la beauté de la langue latine, la « vraie » vie de Louis XVI… j’avoue que par découragement j’ai lâché prise sur l’importance de la symbolique, les encycliques et que sais-je encore, tout autre sujet dont je ne nie pas ni l’attrait ni l’intérêt mais ne deviennent passionnants que lorsqu’ils sont accessibles ou partagés.

Lire la suite

Fils de Jean ou Fils de Joseph?

J’aurais pu parler de ces deux films séparément car ils méritent largement qu’on s’y attarde pour des qualités qui leur sont propres mais le hasard m’ayant conduite à les regarder à des intervalles très proches, il m’a semblé évident, pour les raisons énumérées ci-après, d’en faire un unique billet plus court et laisser à chacun le soin de s’en faire sa propre appréciation.

Ils ont en commun d’être sortis au cinéma cette année, d’avoir des titres qui s’interpellent simultanément, une trame de fond identique autour du fils (adulte dans l’un, encore adolescent dans l’autre) qui, élevé seul par sa mère, va chercher le père qui n’a pas voulu le reconnaitre, et des acteurs remarquables.

Lire la suite

De l’indigence de Charité

Je ne sais pas si on doit voir des signes dans chaque mots, rencontres, ou évènements qui surviennent dans nos vies, (j’aurais pour ma part tendance à dire oui en utilisant le terme qui me semble plus approprié de Providence),  mais il s’avère qu’en un laps de temps relativement court deux personnes ont été amenées à parler devant moi du sens du mot Charité, l’une en employant un terme que j’ai trouvé criant de vérité « l’indigence de Charité » et l’autre en nous rappelant l’impérative nécessité de pratiquer « le tact de charité » en famille, au nom de la vertu de Vérité.

Le contexte de ces échanges me fait dire qu’en l’espèce je n’étais pas personnellement visée (ouf) mais il serait fort prétentieux de croire que dans l’absolu je n’avais pas à réfléchir à ce qui avait été dit et exprimé en ces occasions particulières.

Lire la suite

Éducation et jardinerie

En pensant aux enfants qui nous sont confiés, et aux miens en particulier, j’ai toujours eu à l’esprit l’image d’un jardinier qui serait face à un jardin potager et qui devrait faire pousser ses légumes.

J’entends déjà les cris d’orfraie que certains vont pousser, « mais quoi comparer des enfants à des légumes, c’est inadmissible, et leurs âmes, ils ont des sentiments et Dolto … »

Que personne ne se méprenne et se rassure. Loin de moi l’idée de comparer ces petits êtres à des légumes, l’allégorie, si je puis oser parler ainsi, ne fait sens qu’à travers le regard que l’on peut porter sur l’essence même du mot éducation.

Lire la suite