Chanson douce de Leila Slimani

Sur les conseils de nos amis de la Procure qui nous comblent avec leurs petites vidéos journalières nous présentant leurs coups de cœur en 1 minute, je me suis précipitée en librairie acheter ce livre il y a quelques jours en raison du thème abordée : une famille, une nounou, un drame.

La 4ème de couv est alléchante : « à travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. »

Moi qui vis avec des nounous depuis que mes jumeaux d’aujourd’hui 9 ans, grands prématurés, n’ont pu aller à la crèche une fois sortis de l’hôpital, autant dire de suite que j’ai lu ce livre d’une traite.

Il nous tient en haleine, on tourne les pages avec avidité, et le ventre noué. La description de la scène du recrutement de la nounou parfaite est criante de vérité. On rêve de Mary Poppins ou de Mme Doubtfire, et on assiste au défilement d’un monde qui nous semble inconnu, de codes inaccessibles, de misères humaines et on attend le coup de cœur.

La famille décrite dans ce livre n’est pas ma famille, je ne me suis pas identifiée à ce couple toujours absent,  mais ce qui est dépeint est d’une grande justesse je trouve : le tiraillement de sentiments contradictoires entre « elle fait partie de la famille » mais « on est des patrons », l’envie de comprendre l’autre, de tendre la main qui peut se muer imperceptiblement en condescendance ou en « bonne conscience », la perception parfois envahissante de cette « autre » qui s’occupe de ce qui nous est le plus cher et vit chez nous, ouvre notre frigo, touche notre linge, cette peur qui nous étreint quand ils sont tout petits de ne pas savoir ce qui se passe une fois le pas de la porte franchie, notre intimité révélée et dont on ne sait comment elle est perçue, l’attachement que portent nos nounous à nos enfants, leurs propres vies, leurs attentes et leurs blessures qu’on ne veut pas voir….

Un gros coup de cœur pour ce livre que je recommande vivement.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.