Confusion de la rhétorique

A défaut d’avoir les idées toujours très claires, nos hommes politiques ont en revanche l’art de la tournure stylistique, non pas en pleine conscience qui ferait suite à un apprentissage rigoureux et éprouvé de la rhétorique qui souffrirait une contradiction difficile pour des rhéteurs peu aguerris, mais de façon quasi innée assortie d’une assurance sans faille,  ce qui, poussé à cette extrémité, frise au génie et à l’admiration. Au génie si si, car à moult reprises, quand tu les écoutes, ton esprit est tellement en état de confusion, que tu ne peux qu’acquiescer tant le cerveau se crispe, la mâchoire tombe, la main s’agite frénétiquement, le buste oscille d’avant en arrière, jusqu’à tomber à genoux les bras en avant en une inclinaison de soumission parfaite.

Il faut être brillant pour manier à ce degré une telle rhétorique de la confusion,  où le choix des mots, associés normalement à une définition communément acceptée telle qu’indiquée dans un ouvrage grand public appelé dictionnaire,  ne dépend pas de ce qu’on a à dire, mais de l’effet qu’on veut produire en le disant. Le vague de la pensée, pour ne pas dire la vacuité ce qui serait désagréable j’en conviens, crée ainsi une ambiguïté vis-à-vis de laquelle le citoyen de bonne foi finit par ne plus savoir où il habite, voire même finit par dire l’inverse de ce qu’il penserait spontanément.

Lire la suite

Lectures pour temps de crise

« Nous devons prendre nos responsabilités » a dit monsieur le Président ce soir et ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin. Non, non, non.

Chanceux sommes-nous, notre territoire de 10 km à la ronde peut s’arpenter sans attestation, et nous gardons nos enfants à la maison rien que pour nous, sans pouvoir les partager. Le « non-essentiel » nous est toujours interdit, ce qui est une occasion rare de poursuivre l’expérience de la sobriété heureuse et de la notion de « lèche-vitrine ». Si les Français ont le sentiment de trinquer, c’est sans alcool cela dit. Il a dû avoir une mauvaise expérience monsieur le Président avec une bière partagée à l’occasion d’un repas tiré du sac pour opérer une telle fixette sur la seule fantaisie qu’il était encore possible d’envisager en extérieur entre amis, heu citoyens pardon. Cela m’échappe, mais comme il était vraiment sérieux en insistant sur ce point, je m’incline béatement, acceptant de prendre mes responsabilités.

Je vais donc consacrer ce billet à tous les audacieux, les courageux, les téméraires qui ont vu leur livre sortir en plein Covid et qui me l’ont adressé dédicacé.

Cela ne nous empêche pas de les lire, bien évidemment, en revanche, adieu les promos, les salons, les librairies, tous ces lieux de rencontre qui rendent le livre vivant et contribuent à son partage. Mais comme nous devons rester responsables, ce ne sera pas demain que nous pourrons nous serrer la pince ni même nous claquer la bise, gestes barrières obligent.

Certains auteurs deviennent des amis, des amis des mots à tout le moins, de la pensée, de l’émotion, et je les remercie de tous ceux écrits de leurs mains sur les premières pages, qui me font tant plaisir à lire et rendent l’objet unique.

Lire la suite

Injonctions paradoxales

Je me demandais pourquoi j’avais régulièrement tendance à avoir le cerveau qui vrillait ces derniers temps, et ce n’était pas faute d’en rechercher la cause. Vous me répondrez que c’est la Covid, le confinement, le couvre-feu, etc … tout cela est vrai en partie, mais ce n’était pas que ça. Et euréka, alléluia : je l’ai trouvé l’origine. Elle se résume en une merveilleuse expression qui s’intitule « l’injonction paradoxale », qui n’est certes pas un concept nouveau puisque Georges Orwell en parlait déjà dans 1984, mais dont je n’avais pas fait l’expérience à si grande échelle.

Tout de suite, j’en livre la définition pour ceux qui comme moi n’ont pas en tête la mémoire de tous les classiques : la notion d’injonctions paradoxales correspond au fait que l’on donne deux ordres ou consignes à un individu sans que celui-ci puisse en mettre un à exécution sans violer l’autre, en essayant d’obtenir de lui ce qu’il ne veut pas faire, en utilisant de surcroit des ressorts affectifs ou essentiels pour lui.

Lire la suite

Confinement, le retour

Personnellement, je ne croyais pas cela possible mais à se retourner sur les semaines passées, force est de constater que chaque semaine a eu son lot d’interdictions, préconisations, sanctions, avec à chaque fois un cran supplémentaire. Le couvre-feu à peine lancé, voici que nous sommes à nouveau confinés. Du confinement » light » disent certains. Light à condition de ne pas être un petit commerçant, ni un indépendant, ni un restaurateur, de ne pas être pratiquant, de ne pas aimer la vie culturelle, de ne pas avoir d’amis, de ne pas aimer le sport en salle, bref ….  Si tu es un moine chartreux, effectivement le confinement ça ne change pas grand-chose.

Si tu aimes sortir, recevoir, partager, boire des cafés en terrasse, flâner en librairie, aller au théâtre, s’embrasser, se prendre dans les bras, remplir ton agenda de sorties impromptues, de choses à voir, de personnes à découvrir, tout ce qui fait en gros le sel de la vie, le confinement version « rebelote » il est d’une tristitude infinie.

Gravée aux frontons de nos maisons, la nouvelle devise tient en quatre lettres : GMDS  – Gel- Masque – Distanciation Sociale.

Et quitte à nous rendre encore plus fous, désormais tu « click & collect », tu regardes ton curé sur « youtube », tu dénonces « tes points contacts », tu dois choisir si tu travailles « en présentiel » ou « en distanciel », tu peux acheter de l’alcool mais pas de livres, remplir ton frigo de victuailles à t’en faire péter la panse mais ni te faire épiler ou couper les cheveux, tu ne peux pas aller à plus d’1 km de chez toi à pied pour prendre l’air mais t’entasser dans le métro si.

Lire la suite

Les photos d’enfants

Quand nos enfants sont petits, vous remarquerez que l’émerveillement est aisé : sur les what’s app familiaux, les photos sont envoyées, likées, des « oh qu’ils sont mignons » fusent à tout bras, les petites phrases sont répétées à l’envi. C’est la période où les courtes nuits, les difficultés, les fatigues, les doutes s’effacent rapidement devant ces têtes d’ange qui savent vous faire fondre comme personne. Tout le monde s’extasie, cherche des ressemblances. Il marche à quatre pattes ? il s’assoit ? aime les carottes ? il parle ? oh il a une dent ! il est en avance dis donc. Puis viennent les photos des premières rentrées des classes, des cartables, des anniversaires… ça vous tient un forum de discussions à elles toute seules ces photos d’enfants.

Et puis tac… un jour, les photos se font plus rares. Et paf … on a moins de choses à raconter d’un coup. Car LA photo potable de nos ados, elle coûte cher en efforts. C’est le marathon des recommandations : arrête de te tortiller, souris, pas ce sourire benêt merci, un vrai sourire, pas de doigts en V au-dessous de la tête de ta sœur, s’il te plaît tiens toi correctement c’est pour ta grand-mère, et les cheveux, il est possible de les coiffer juste le temps de la photo, non je ne vais pas faire de photos cool avec des oreilles de chat ou des yeux de manga…. Argh, grrrrrr…

Lire la suite

Parce que c’était la fête des mères

Ode à la Maternité

Ce qui est amusant dans la fête des mères, c’est de réaliser qu’inexorablement le temps passe, autrement dit, qu’on vieillit.

Chaque fête des mères est l’occasion de relire sous la plume des mamans à quel point elles sont « enchantées » des colliers de nouilles, poèmes ou autres bricolages confectionnés par leur chère progéniture. Mais il faut reconnaître que vient un moment où nous finirions presque par regretter le temps des pots de yaourts transformés en pots à crayons lorsque le fameux présent, bien que plus ravissant ou voué à être conservé plus longtemps, est acquis en magasin avec leur argent de poche.

Car qui dit aller dans les boutiques où dépenser ses piécettes amoureusement accumulées, signifie aussi que nos enfants grandissent et que par voie de conséquence, nous prenons de la bouteille. Espérons un grand cru, un vin qui s’est peaufiné avec le temps ou un millésime d’exception, mais l’année de notre naissance devient vite un collector, surtout à travers leurs yeux.

Lire la suite

C’est l’hiver et donc …

Qu’est ce qui distingue fondamentalement l’hiver des autres saisons ?

Voilà une question essentielle qui mérite de s’y attarder et le premier mot qui me vient à l’esprit en regardant mes congénères est bien la tristitude.

Comme dirait Victor Hugo,

« En hiver la terre pleure ;

Le soleil froid, pâle et doux,

Vient tard, et part de bonne heure,

Ennuyé du rendez-vous. »

Ou encore :

« L’hiver blanchit le dur chemin,

Tes jours aux méchants sont en proie.

 La bise mord ta douce main,

 La haine souffle sur ta joie »

Lire la suite

François, un pape parmi les hommes de Christiane Rancé

Voilà, l’année 2018 s’achève dans quelques heures.

Le moment de nouvelles agapes, de breuvages à bulles et hurlements de joie à minuit qui donnera le go pour se jeter avec hystérie sur nos petits ustensiles électroniques qui nous relient si facilement et aisément aux êtres qui sont loin plutôt qu’à ceux qui sont physiquement présents.

Le moment des rétrospectives, des bilans, du feuilletage de ses carnets intimes pour y relire tout ce qui a été consigné, noté, avec soin, ferveur, de nos lectures, réflexions quotidiennes, en espérant que toutes ces petites phrases finiront par se graver en nos cœurs pour devenir meilleurs, plus aimants, plus ouverts.

Le moment de regarder avec attention le chemin parcouru et se rendre compte qu’on se souvient si aisément de ce qui n’a pas fonctionné, de ce qui nous a peinés, blessés et qui alimente nos rancœurs, nos agacements, nos égoïsmes et faire fi de ces petits riens et plus grandes choses qui nous ont permis d’avancer et de rester debout, vivants.

Lire la suite

A la découverte des parfums de Cheyenne-Marie Carron

« Depuis mes débuts au cinéma, le parfum a toujours été un élément important dans mes films. Plus généralement, cinéma et parfum entretiennent une relation naturelle et profonde dans l’imaginaire collectif. Depuis un an, j’ai décidé d’aller plus loin dans cet alliage entre mes deux passions, et de raconter des histoires autrement : des histoires olfactives qui éveillent l’imagination, les sens et les souvenirs, et ce, à travers des fragrances de ma création… Car, au cinéma comme dans le parfum, l’objectif reste le même : créer une émotion, une réflexion, faire voyager ; et aussi, si possible, enchanter la vie. »

 

Cheyenne-Marie Carron, j’en avais longuement parlé ici. Pourquoi cette réalisatrice, plutôt qu’une autre ? tout simplement parce que sa personnalité m’avait séduite, que ses convictions défendues avec fougue et ténacité pourraient être les miennes, que les thèmes qu’elle aborde dans ses films sont loin d’être évidents, qu’elle soulève des montagnes pour parvenir à réaliser et produire ses films avec peu de moyens, qu’elle a des passions multiples, qu’elle est ravissante, en un mot c’est une femme complexe, assumée et qui s’assume. Lire la suite

La gazette culturelle de février – saison 2

La neige est partie, madame devrait être aux anges.

Oui ! sauf que, car il y a souvent un « sauf » ou un « mais » sachant que nous sommes toujours en hiver, nous vivons une expérience actuellement surprenante : habiter au pays de Picard.

Je regarderai avec davantage de commisération ces petits aliments qui sortent tout droit de cet indispensable magasin pour mamans pressées, sachant désormais à quel point l’expérience est douloureuse.

Avec le froid, il y a en effet une notion absolument formidable que j’ai découverte récemment : la température réelle et la température ressentie. Bien sûr, là aussi, tout habitant d’un pays subissant des mois de neige et températures arctiques vous diront : ah bon, tu ne savais pas cela ???? avec un air limite affligé.  Non, non, je confirme, je ne connaissais pas. Il fait bon, doux, chaud, il y a parfois des vents froids, mais jamais au grand jamais, il ne m’est arrivé de dire : oh il fait 25 degrés mais je ressens 40.

Mais ça, c’était jusqu’à maintenant : en ce moment, le thermomètre affiche -8°, et le ressenti réel est clairement que vous allez crever. Si avec la neige, vous marchez à pas feutrés pour éviter les glissades, avec le froid au ressenti d’un Mister frizz collé à votre peau, vous marchez d’un pas vigoureux. Car chaque pas vous rapproche du congélo, vos membres s’engourdissent, votre rhume se fige, vos mains peinent à sortir ne serait-ce qu’un ticket de métro du portefeuille, la cigarette tremble dans vos doigts et en à peine dix minutes, vous finissez comme le papa pingouin.

Lire la suite