A la découverte des parfums de Cheyenne-Marie Carron

« Depuis mes débuts au cinéma, le parfum a toujours été un élément important dans mes films. Plus généralement, cinéma et parfum entretiennent une relation naturelle et profonde dans l’imaginaire collectif. Depuis un an, j’ai décidé d’aller plus loin dans cet alliage entre mes deux passions, et de raconter des histoires autrement : des histoires olfactives qui éveillent l’imagination, les sens et les souvenirs, et ce, à travers des fragrances de ma création… Car, au cinéma comme dans le parfum, l’objectif reste le même : créer une émotion, une réflexion, faire voyager ; et aussi, si possible, enchanter la vie. »

 

Cheyenne-Marie Carron, j’en avais longuement parlé ici. Pourquoi cette réalisatrice, plutôt qu’une autre ? tout simplement parce que sa personnalité m’avait séduite, que ses convictions défendues avec fougue et ténacité pourraient être les miennes, que les thèmes qu’elle aborde dans ses films sont loin d’être évidents, qu’elle soulève des montagnes pour parvenir à réaliser et produire ses films avec peu de moyens, qu’elle a des passions multiples, qu’elle est ravissante, en un mot c’est une femme complexe, assumée et qui s’assume.Crédit photo – Anna Rakhvalova

Il y a quelques mois, Cheyenne-Marie Carron nous annonçait que tout en continuant le cinéma, elle relèverait le défi de se lancer dans la fabrication de parfums, en espérant que le fruit de leur vente pourrait lui permettre de financer ses films avec plus d’indépendance. Ses premières créations ont vu le jour il y a quelques semaines à peine et des échantillons me sont parvenus par la poste, le tout emballé dans une jolie pochette en velours rouge, assortie d’une très belle carte.

Raffinée, est l’adjectif qui me vient spontanément à l’esprit à l’évocation de son nouvel univers. Les flacons sont élégants, les fragrances subtiles, les noms des parfums poétiques  et son site internet voluptueux.

Cheyenne-Marie Carron a eu la délicatesse de me demander si j’accepterais de parler de ses parfums sur mon blog sous la forme d’une interview, me confiant la primeur du premier article consacré à sa nouvelle passion. Mon cœur a fait un bond d’enthousiasme, je n’aurais jamais osé lui demander, même si l’envie ne m’a pas manqué …

« Le parfum d’une femme en dit plus sur elle que son écriture », nous dit Christian Dior.

Voici le fruit de nos échanges.

Parfum et art de vivre:

Au même titre que la gastronomie, un vêtement élégant, un maquillage délicat, un bon vin, un cigare rare, le parfum contribue à mon sens à témoigner d’un art de vivre, à révéler l’intime, à rendre  hommage à une façon d’être. Comment le parfum prend-il place dans votre vie et dans votre démarche créatrice?

Je crois que le parfum est dans ma vie depuis toujours. Ça a commencé avec les eaux de Cologne que ma mère me mettait sur des mouchoirs lorsque j’étais enfant. Plus tard lorsque j’ai commencé le cinéma, j’écrivais toujours en recréant des mondes olfactifs autour de moi, je puisais dans un univers parfumé une certaine concentration pour écrire. Je me suis mise ensuite à parler de parfums dans mes films. Avec Extase pour commencer, où la jeune héroïne évoque la mort de sa mère et son parfum qui subsiste, puis La chute des hommes, qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui part au Moyen-Orient pour réaliser sa thèse sur le parfum, dans Le fils d’un Roi, Kevin a pour seul moyen de communication avec sa mère handicapée, son parfum qu’il passe régulièrement sur son visage.

Mon bureau de travail, comporte au moins une trentaine de flacons de parfums différents. Je connais chacun d’eux et je sais quelle émotion il me procure et quelle inspiration il m’éveille.

Puis, un jour, j’ai décidé de créer mes propres créations de parfums.

 

 

Parfum et identité :

La mémoire, en ce qu’elle porte en elle une part de notre héritage et de notre culture, conjuguée à un certain art de vivre, forge une identité, une personnalité. Comment concevez-vous cette notion d’identité dans le parfum, et quelles figures, quelles évocations, vous ont inspirée dans vos créations? Expliquez-nous le nom de vos parfums et le terme « Parfum d’Europe »?

Mes créations parleront d’Europe. Des hommes et femmes d’Europe, du folklore des pays nordiques européens, de la joie, de la fête, de la gaité, au travers du parfum FOLK. Je parle de traditions païennes, du retour du soleil, de chaleur et douceur, avec SOLEIL PAÏEN. Le parfum MARIE, c’est une évocation un peu personnelle à une femme d’Europe qui m’a adoptée, j’y ai mis également la référence mystique que l’on connaît. Le parfum d’YSEULT, lui, est une référence à la légende arthurienne, il parle d’un amour et de sensualité. MYTHIQUE LEGIONNAIRE, celui-là, c’est pour mon amour de la Légion et  pour un homme que j’ai aimé, mais c’est peut-être un peu trop personnel pour en parler.

 

Parfum et spiritualité :

La foi est très présente dans vos films. Y a-t-il une démarche spirituelle dans vos parfums? Le parfum peut-il être vecteur de transcendance à votre avis ?

J’ai parlé de ma foi dans le parfum MARIE. Ce parfum je l’ai fait en hommage à ma mère. J’ai voulu créer un parfum qui ressemble à une caresse.

J’y ai mis aussi une référence à une autre Marie, avec l’encens que l’on retrouve dans les églises…

En effet, je  crois que le parfum peut-être vecteur de spiritualité. Il a d’ailleurs été utilisé souvent pour cela dans la nuit des temps.

Parfum et cinéma :

Comment passe-t-on du monde du cinéma à celui du parfum? La démarche créatrice est-elle au fond la même quel que soit le domaine?

Mise à part la technique, la création pour le cinéma et pour le parfum sont les mêmes. Évoquer des personnages, dépeindre un univers, raconter une histoire, provoquer une émotion. J’avance désormais en parallèle avec mes films et mes parfums, et honnêtement, seuls les outils diffèrent…

 

 Parfum et femme :

Vous êtes une femme indépendante, de convictions, attachée à certaines valeurs que vous défendez avec passion. Une femme assumée dans le sens noble du terme. Comment inscrivez-vous le parfum dans la vie, l’image de la femme ?

A travers son parfum, la femme peut affirmer ce qu’elle est, son identité, mais son parfum peut aussi être un refuge, un cocon, un monde à soi. En somme, le parfum c’est la liberté.

 

Et les hommes ? parfums universels?

Au début j’ai catégorisé comme cela me semblait naturel : Mythique Légionnaire était pour homme. Et Folk, Soleil Païen, Le parfum d’Yseult et Marie étaient pour femme, mais finalement des hommes m’ont demandé Folk, ou Soleil Païen et des femmes ont aimé Mythique Légionnaire… C’est ce qui est beau dans le parfum, c’est que chacun entre dans un monde olfactif, pour des raisons qui lui appartiennent.

 Pour conclure, j’aimerais vous remercier chère Elvire pour cet entretien, et pour l’attention que vous portez à ma création. La route sera longue, probablement semée d’embuches, mais j’avancerai avec foi désormais dans mes deux passions ; Cinéma & Parfums.

Vous pouvez retrouver les parfums de Cheyenne-Marie Carron sur son site ici

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

8 réponses
  1. audeBS
    audeBS dit :

    J’ai commandé mes échantillons, j’étais très curieuse! Je crois que je voulais avant tout connaitre un peu mieux la créarice et le vecteur du parfum en dit plus qu’un long discours pour moi. Grâce à cet article, je suis ravie d’en savoir plus sur ses intentions…. Hâte de les recevoir désormais!

    Répondre
    • Elvire Debord
      Elvire Debord dit :

      Merci de votre lecture et retour. Les parfums de Cheyenne ont du caractère je trouve, ma préférence personnelle allant au parfum d’Yseult

      Répondre
  2. Hugues
    Hugues dit :

    Je trouve ce principe d’entretien très original et pour un premier c’est plus que réussi! Bravo Elvire ( et Cheyenne) pour cette parenthèse olfactive dans ce toujours magnifique blog

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.