Gazette culturelle de février

Gazette culturelle de février

Que lire, que voir, qu’écouter en février, quand le temps est gris, froid et que la neige, qui n’est poétique qu’en vers, est l’occasion de vous retrouver les quatre fers en l’air sur des trottoirs glissants ? Là tout de suite j’entends déjà les noooon, c’est super chouette la neige, les bonhommes de neige, la blancheur … oui au ski peut-être avec les bonnes chaussures, le manteau qui tient chaud … etc etc … et encore … Dans la vraie vie de tous les jours, avec de la neige sur les trottoirs, vous marchez à petits pas de chinois, la tête baissée pour éviter de vous péter la figure, le bras en l’air avec un parapluie pour tenter de limiter l’afflux de flocons qui se glissent dans, sous, à travers votre écharpe et vous faites des « oups » à intervalles réguliers quand votre pied dérape et que vous vous rattrapez de justesse (ou pas).

Vous cherchez désespérément des paires de bottes pour vos gamins au fin fond de l’armoire, celles que vous gardez « au cas où… », pour finir par vous apercevoir avec désespoir qu’elles sont trop petites de deux pointures mais que leurs chaussures sont tellement trempées qu’il n’y a pas d’autre solution que de leur enfiler de force au chausse-pied en recroquevillant les orteils. Les gants qui gisent dans un panier de l’entrée ont la même manie curieuse et exaspérante que leurs copines les chaussettes, ils finissent toujours en exemplaire unique et vous retournez ciel et terre pour retrouver le jumeau ou la jumelle en maugréant. Que vous viviez dans une maison de 200 m² ou un petit appartement où les coins pour se cacher restent limités, il demeure un grand mystère que celui de ces gants et chaussettes qui n’ont de cesse de vouloir vivre seuls alors qu’ils n’échappent à la poubelle que lorsqu’ils restent unis. Parabole ?

Lire la suite

Un temps pour mourir de Nicolas Diat

Derniers jours de la vie des moines

« La pensée de la mort n’est pas morbide. Au contraire, elle permet de comprendre le sens de la vie. Il faut apprendre à connaître le bout de notre chemin. Pourquoi avoir peur ? La résurrection est le fondement de notre foi. La véritable vie n’est pas sur terre. Chaque jour, il faut s’apprêter à mourir. (…) Nous savons faire de belles phrases sur la souffrance. Moi-même j’en ai parlé avec chaleur. Dites aux prêtres de n’en rien dire : nous ignorons ce qu’elle est, et j’en ai pleuré. Devant un homme qui souffre, les beaux discours en servent à rien. Ils peuvent uniquement satisfaire les bien portants. »

Il est 22h10.

Le reportage consacré au petit Gaspard Clermont (cf ce billet), décédé il y a tout juste un an de la maladie de Sandhoff à 41 mois, diffusé pour la première fois sur KTO, s’achève.

Les yeux encore humides, mes deux merveilles s’en vont se coucher dans un silence religieux. « Je retiens que même dans la mort il faut rester joyeux car la vie continue », me dit ma fille. « Heureusement qu’il y a le Ciel », me dit mon fils.

Je les embrasse, j’éteins la lumière, moi-même emplie d’émotion.

Me revient à cet instant précis une image de mon enfance où, à peu près au même âge, je suis tombée sur un livre, dont je ne me souviens malheureusement ni du titre ni de l’auteur, qui parlait du Ciel avec une telle magnificence, une telle promesse de bonheur infini et d’amour sans limite, que j’avais eu envie de mourir de suite. Ce n’était pas encore mon heure puisque je suis encore là, mais de cet instant précis, j’ai conservé une telle exaltation de cette vie qui nous attend dans l’au-delà qu’elle ne m’a jamais vraiment quittée.

Lire la suite

Un 31 janvier …

J’aime particulièrement la date du 31 janvier car c’est celle de mon anniversaire.

Ne me demandez d’explication, je n’en ai pas, mais le 31 janvier c’est un jour de joie, où je me sens généralement en pleine forme. Je n’hésite pas à crier à tue-tête et en maintes occasions qu’il s’agit du jour de ma naissance, ce qui généralement déride rapidement l’atmosphère d’une réunion de travail, d’un chauffeur de taxi énervé ou d’un serveur fatigué… Vous recevez des mots adorables, des témoignages d’affection, parfois des cadeaux, en un mot, c’est un jour fabuleux.

Point de coquetterie en la matière sur le temps qui passe, les premières rides, le cheveu blanc, cela m’est complètement égal le jour J car …. c’est mon anniversaire !

Je partage le 31 janvier avec l’exceptionnel Saint Jean Bosco, décédé en 1888 le même jour, ce qui, en 2018 et si mes calculs sont bons, revient cette année à fêter les 130 ans de sa mort.

Lire la suite