Né d’aucune femme de Franck Bouysse

 « Inspirer la pitié, c’est faire naître une souffrance pas vécue dans un cœur pas préparé à la recevoir, mais qui voudrait pourtant bien en prendre une part, sans en être vraiment capable. La pitié, c’est le pire des sentiments qu’on peut inspirer aux autres. La pitié c’est la défaite du cœur (Rose).

Les souffrances placées sur notre chemin sont faites pour être endurées, une manière d’éprouver les âmes éraflées. J’en ai toujours été conscient. Les âmes. Les Pères m’ont enseigné qu’elles ne se vernissent pas, qu’elles se traitent en profondeur, qu’il est bien plus charitable de pardonner l’homme balloté par le malheur que de courtiser celui qui par naissance et fortune en est préservé. La vertu sans mérite n’est rien d’autre qu’un déguisement de carnaval. (Père Gabriel) »

 Derrière la maison de mes parents, il y avait un grand terrain, un parc disaient-ils, qui descendait en pente douce jusqu’à rejoindre des haies qui délimitaient le champ du voisin pour partie et la forêt pour une autre, dans laquelle on s’enfonçait par un chemin qui démarrait de bien plus-haut, juste après la maison d’un autre de nos voisins, et qui desservait dans un renfoncement une source, un ancien lavoir je crois. Je précise « je crois », car je n’ai jamais été une fille de la forêt, n’y trouvant que peu d’intérêt, mais bien davantage une fille des livres, que nous avions d’ailleurs en grande profusion et sans qu’aucune règle d’aucune sorte ne nous soit imposée quant à leur choix, ni ordre de lecture.

Cette bibliothèque qui, me semblait-il, ne répondait à aucune volonté particulière de mes parents de répondre à des standards pour enfants ou de nous forcer à y piocher, m’apparait avec du recul cependant assez choisie et fort bien remplie, puisque j’ai pu y puiser tous les classiques du genre, en ce compris les gazettes ou autres ouvrages qui devaient avoir été lus au temps de mes grands-parents ou arrières grands-parents tant certaines collections étaient usées ou anciennes. Cet accès illimité aux livres m’a conféré cette accointance commune à tous les adultes ayant été de grands lecteurs enfants, une imagination particulièrement fertile et une acuité sur le monde pétrie de références romanesques, fruits marquants et marqués de notre esprit juvénile avide de savoir et de rêves.

Lire la suite

En deux mois et demi …

Deux mois et demi que je n’ai pas écrit sur ce blog, mon dernier billet datant du 12 février dernier.

Un record de silence.

J’ai effectué mon « carême » social en quelque sorte, lassée du flux et reflux des réseaux sociaux et autres sources d’informations diverses et variées qui ont fini par tarir mon enthousiasme, tant est il est facile de se laisser happer par le côté parfois mortifère, souvent anxiogène, de ce qui est écrit, exposé, commenté, relaté, dans un tumulte qui conduit à user les racines et nous laisser en surface souvent exsangues.

Alors j’ai coupé pour quelques temps, finissant par douter moi-même de l’intérêt de remplir un blog et de la légitimité de mes propres écrits, tant il est vrai que j’étais souvent heurtée de ce que je pouvais lire ou entendre chez autrui.

A trop s’exposer, il me semble que nous en devenons tout à la fois trop vulnérables ou orgueilleux, et qu’à défaut de nourrir son intériorité, nous devenons très vite des coquilles vides.  Mon carême ne fut donc pas tant alimentaire que de lutter contre la tentation de m’éparpiller sur tout et rien, voire d’intervenir sporadiquement dans des débats sous le coup d’une impulsion immédiate.

J’ai donc pris la ferme résolution, comme on dit en confession, de lâcher du lest, de prendre du recul, de ne plus lire les gens qui m’agacent, en résumé de reprendre une vie moins virtuelle et davantage ancrée dans le quotidien, au profit d’une plus grande sérénité.

Ce qui ne m’a pas empêchée de sortir, d’aller au théâtre (souvent), au cinéma (occasionnellement), au musée (plus rarement) et de chercher le livre profond dont j’aurais envie de parler à la suite du livre sur la joie d’Emmanuel Godo, et en cherchant un, j’en ai lu une bonne dizaine que je vous partage ci-après.

Lire la suite