Alcione de Marin Marais

Aller à l’Opéra un 7 mai 2017 est un moyen comme un autre de donner du sens à cette date qui crispe un peu sous les ornières.

Point donc ce jour de « suspens » en direct à la télé, de lectures avides des nombreux échanges sur les réseaux sociaux d’un sujet qui rend serein et léger, d’image qui s’affiche à 20h. Point d’élection présidentielle aujourd’hui si ce n’est la petite enveloppe glissée dans les urnes ce matin sous les yeux inquisiteurs de mes enfants.

Le 7 mai fut consacré à faire découvrir à mes trolls l’opéra, au sein du fastueux cadre de l’Opéra Comique qui ouvre à nouveau ses portes après 20 mois de travaux, et entame sa saison sur une création : Alcione de Marin Marais, sous la direction de Jordi Savall, qui s’est fait connaître du grand public pour avoir composé la musique du film Tous les matins du monde.

Lire la suite

I Want it Darker de Leonard Cohen

Pour passer le week-end sous le signe de la grâce, je ne peux pas ne pas vous parler du dernier album de Léonard Cohen qui est une pure merveille.

Quatorzième album studio, le chanteur de 82 ans nous signe là une œuvre absolument éblouissante qui prépare son trépas, certains ont même écrit son « kaddish ».

Le titre éponyme de l’album où il murmure de sa voix inoubliable, rauque, de plus en plus grave et qui émerge des profondeurs, « I’m ready my Lord » est de toute beauté.

Lire la suite

Les Concerts de la Sainte Chapelle

La Sainte Chapelle, c’est un joyau du gothique rayonnant, réalisée sous le règne de Saint Louis en sept ans pour abriter les plus précieuses reliques de la chrétienté, dont la Couronne d’épines du Christ.

Unique vestige, avec la Conciergerie (devenu tribunal révolutionnaire et prison de Marie-Antoinette), du Palais de la Cité, et sis dans l’enceinte de l’actuel Palais de Justice, on ne peut que s’émerveiller devant ses vitraux exceptionnels de 15m de hauteur, représentant 1 113 scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Lire la suite

Teatro d’Amore de Monteverdi

C’est en regardant le Pont des Arts d’Eugène Green, sur fond de musique baroque, et en particulier le Lamento Amor, que j’ai eu envie de me replonger dans l’œuvre de Monteverdi.

Au hasard d’une recherche sur deezer, je suis tombée sur cette remarquable et originale interprétation du Teatro d’Amore par Christina Pluhar et son ensemble l’Arpeggiata, dont je suis tombée follement amoureuse.

J’ai écouté par comparaison celle de Marcon que j’apprécie énormément dans sa direction des œuvres de Vivaldi avec son divin violoniste Carmignola, mais même si l’interprétation est également magnifique quoique plus traditionnelle, le dynamisme et la vivacité de l’interprétation de Christina Pluhar font de cet enregistrement une musique tout à fait remarquable.

Lire la suite

Finir sa journée avec le concert de The Divine Comedy

Il y a des matins où on se lève et où on pressent que la journée sera compliquée. Plus de café, votre fille qui vous fait une tête de trois mètres de long sans savoir pourquoi, le métro où votre petite place bien planquée pour bouquiner vous est raquettée par un hurlement « qui me laisse sa place ?», vos chaussures qui sont certes très jolies mais quand il fait 30° vous font mal aux pieds, et l’arrivée au bureau où vous sentez que votre boss a cogité tout le week-end et que la réunion du lundi matin sera tendue.

Et là généralement, le pressentiment devient réalité. Ça se hume, ça se sent, et tel l’orage, on sait que ça tonner mais on ne sait pas trop où la foudre va tomber. On essaie de rester visser sur son fauteuil en restant tranquille en espérant que personne ne vous remarque mais à quatre dans un bureau en étant la seule femme, et deux autres hommes dans les bureaux voisins, et ben c’est comme à la maison, on a toujours besoin de vous parler et vous êtes iiiiiiindispensable. Lire la suite