La femme incandescente

Ah la femme « incandescente », quelle femme ! Elle est éblouissante, fascinante, une amie précieuse, une amie de vie.

La femme « incandescente » brille d’elle-même, comme un phare dans la nuit qui ramène les navires perdus au port, et devient d’autant plus lumineuse que sa vie intérieure est riche.

La femme « incandescente » est une femme qui de prime abord impressionne. Elle est volontaire, décidée, porte haut, et ne semble affectée par rien. Vous la repérez immédiatement dans une foule et vous vous sentez attirée par elle comme un aimant, tout en n’osant pas l’approcher car vous vous dites qu’est-ce qu’elle pourrait bien me trouver.

Le jour où elle vous parle (merci mes chéris d’être amis avec sa fille), vous en bafouillez, vous espérez être à la hauteur, vous évitez les banalités, et vous vous dites c’est maintenant que je dois jouer ma carte car il n’y aura pas de nouvelle partie.

Quand le coup de foudre se produit avec une femme « incandescente », la relation part directement dans les hautes sphères. Le train-train, le quotidien, les petits tracas, le temps qu’il fait, la santé, tout cela on oublie. On rentre directement dans le vif, le profond, le lourd, le magique pour déterminer si ça vibre aux mêmes sons de cloche.

Les premiers instants créent ainsi un côté fascinant sur le ton du « ah oui tout de même », vous vous voyez balayer rapidement ce qui dans votre propre spectre intérieur pourrait susciter son intérêt et vous virevoltez dans son univers  que vous recevez comme un cadeau précieux.

La femme « incandescente » rend les choses merveilleuses par sa capacité à extirper ce qu’il y a d’enrichissant dans la vie, à ne retenir que le beau côté des choses, et même une goutte d’eau qui glisse sur une vitre est un appel à louer la nature. Rien n’est jamais banal, sa vie c’est presque celle d’Angélique, Marquise des Anges.

La femme « incandescente » est dotée d’une transcendance naturelle et fait appel à l’Univers dans toutes ses grandes actions.

D’une finesse d’esprit maitrisée et constamment nourrie, elle a une puissance de compréhension hors du commun, même de ce qu’elle ne partage pas ou ne vit pas elle-même, ce qui permet des cœurs à cœurs éblouissants. Pas la peine de faire semblant en sa présence, elle percevra immédiatement ce qui ne va pas.

Quand la femme « incandescente » se sent unifiée avec elle-même, la bougie devient feux d’artifices. Elle peut passer de la philosophie cartusienne à des fous rires incontrôlés, du deuil vécu par un enfant à un karaoké à tue-tête, le tout avec un naturel déconcertant.

La femme  « incandescente » sait au fond ce qui lui convient, mais elle a tendance à s’emballer pour tout un tas de nouveaux projets qu’elle échafaude comme des châteaux en Espagne, avec une forte capacité à entrainer son entourage dans son sillage, et entre deux appels ou deux visites, vous savez qu’il y a de très fortes probabilités pour qu’elle vous annonce des changements de vie radicaux.

Au début, vous pouvez éprouver le sentiment que votre propre vie est d’un plan-plan pathétique, vous stimulez vos neurones créatifs, vous relisez deux trois livres sur la paix intérieure ou comment amorcer le cap de la quarantaine avec dynamisme, mais quand vous avez appris à connaitre la femme « incandescente », vous comprenez qu’elle se nourrit du merveilleux, de l’imaginaire, et vous l’écoutez attendrie, en tentant de mettre quelques garde-fous, et attendez que la folle idée originelle prenne racine.

Elle est riche de ses passions, de ses idées, de ses amitiés, de sa famille, et mêle l’ensemble avec une apparente facilité et brio.

La femme « incandescente »  sait comme nulle autre dénouer ce qui peut sembler inextricable en remettant les choses sous des perspectives différentes,  n’hésitant jamais soi-même à changer de voies autant que de besoin pour atteindre ses équilibres intérieurs indispensables.

P.S : mon amie « incandescente » que j’aime infiniment, je me dois de te dire que même si tu ne livres pas facilement tes doutes, je te connais, et que sur certains sujets, faire des choix est synonyme non pas de privation d’une vie fantasmée mais de plénitude et de sérénité…

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.