Bonté divine ! du Père Zanotti-Sorkine

« Il ne suffit pas de dénoncer, il faut vivre autrement». Georges Haldas.

Il n’est plus besoin de présenter ce prêtre éblouissant à la foi irradiante, au parcours atypique, tour à tour poète, écrivain, chanteur, apôtre infaillible du Christ, à la plume enlevée et au verbe lumineux.

Si le Ciel nous envoie des pêcheurs d’hommes pour remuer les consciences au moment où nous en avons le plus besoin, nul ne peut douter que le Père Zanotti-Sorkine, tout comme le Pape François, fait partie de ces êtres hors norme et hors cadre, pétris du feu de Dieu, dotés de cette capacité à toucher les âmes, remuer les cœurs, bouger les lignes, nous tirer vers le haut, en rendant  Dieu, Jésus, la Vierge Marie et tous les Saints, vivants, accessibles, présents dans notre quotidien.

« C’est la bonté qui rend Dieu populaire » dit Lacordaire.

Pour avoir écouté durant des heures, seule, en famille ou entre amis, les sermons et prédications de ce prêtre que nous retrouvons sur son site (http://pere.michel-marie.fr/) ou youtube, lu quasiment l’intégralité de ses livres et les avoir offerts ou prêtés, je peux témoigner que même les plus sceptiques sont profondément remués, et je dois à ce prêtre une conversion radicale, notamment dans des périodes de désert spirituel, passant d’un catholicisme de  tradition à un catholicisme de conviction.

En cette fin de l’année de la Miséricorde, le Père Zanotti-Sorkine nous offre un ultime recueil intitulé « Bonté divine ! L’Art de la Miséricorde ».

Dans une longue introduction il nous rappelle le sens de la Miséricorde de Dieu. Je ne citerai qu’une seule phrase car elle me semble essentielle et pourtant si éloignée de nos pratiques quotidiennes « C’est l’amour immodéré des êtres et la considération qu’on leur porte qui, en les bouleversant, les transforme. Cet amour extrême, frisant l’incompréhensible, en relevant celui qui chute, va lui donner le désir de marcher droit, en direction du meilleur, dans l’ordre du bien. »

Le reste du livre est consacré à découvrir la Miséricorde du Christ à travers trente tableaux soigneusement choisis et décryptés, ce qui ne pourra que ravir les amoureux d’art sacré.

En ce 19 décembre, je clos ce billet en laissant la parole au Père Zanotti-Sorkine, qui nous propose dans son calendrier de l’Avent, ce texte sur le pardon que je trouve tellement beau que je ne peux résister à vous le partager.

« Le Christ ne veut pas que nous soyons obnubilés par nos fautes passées ou présentes ! Et le plus fort, croyez-moi, dans cette affaire, c’est qu’il ne les comptabilise pas, il ne les mesure pas au pied à coulisse. Une seule chose l’intéresse : c’est de les détruire par son pardon de manière à ce que nous repartions dans la vie avec plus d’élan. Mais oui ! La grande joie du Christ c’est de nous sentir libres et légers, légers dans notre conscience ! Et pour ce faire, il nous pardonne tout, absolument tout ! Il vient ainsi redire son amour à jamais indéfectible à ses enfants, dans nos audaces comme dans nos lâchetés ! Bernanos aimait d’ailleurs rappeler que l’humanité tout entière formait un peuple d’enfants trouvés… Et c’est bien vrai ! Nous sommes des enfants trouvés ou, plus exactement, des enfants tous les jours retrouvés avec des péchés têtus, comme disait Baudelaire. Et lui aussi avait raison. Et Jésus qui le sait accorde volontiers et inlassablement son pardon aux êtres imparfaits que nous demeurons… et que nous demeurerons.

Reprenons conscience que Jésus compte sur vous, qu’il compte sur moi, qu’il compte sur nous tous pour vivre de son amour, de sa miséricorde et pour donner son amour et sa miséricorde au monde, cet amour qui se décline sous le soleil de la bonté, de l’indulgence, de la compréhension des situations et des êtres. C’est ça, la miséricorde ! Bonté, indulgence, compréhension !

Le drame, voyez, mes frères, c’est que le monde ne sait pas encore, après 2000 ans de christianisme, que le Christ est l’amour incarné ! Même dans le monde catholique, parfois, on l’oublie ! On oublie que le Christ n’est pas là pour nous enfoncer, pour nous traduire devant un tribunal suprême au moindre écart de notre part, mais qu’il est là pour nous comprendre, pour nous soutenir, pour nous prendre dans ses bras en nous serrant très fort tout en nous accordant un pardon infini qui couvre infiniment toutes nos erreurs, toutes nos négligences et tous nos péchés ! Déjà dans le Cénacle, au premier jour de l’Église, en montrant ses plaies, Jésus criait la folie de son amour, et plusieurs fois au cours de l’histoire, il est revenu nous dire de mille manières à quel degré d’incandescence il nous aimait et combien il était prêt à pardonner l’impardonnable ! C’est fou ce que nous pouvons être hermétique à l’amour !

Mes frères bien-aimés, écoutez la vérité que j’énonce à présent ! Dieu qui, par nature, est libre d’être ce qu’il veut, aurait pu être un Dieu dominateur, un Dieu sanguinaire, un Dieu sans pitié, un Dieu qui fait marcher l’homme à la baguette ! Eh bien, non ! Notre Dieu est tout le contraire : il n’est que miséricorde, il n’est que pardon, il n’est que tendresse et il n’attend qu’une chose, c’est que nous abusions de son amour et que les prêtres qui le représentent au premier chef, par leurs gestes et par leur voix, soient les vecteurs de cet amour divin ! Allez, soyons des hommes et des femmes non de jugement mais de compréhension, estimons toute créature, ôtons toute étroitesse de nos esprits, gaspillons de l’amour, en veux-tu, en voilà, et pardonnons de tout cœur à qui nous a blessés et nous établirons ainsi la paix en nous et dans le monde, dans ce monde qui, je le soutiens, n’est pas contre Dieu, mais ne le connaît pas, parce qu’il ne le touche pas assez à travers notre manière, à nous chrétiens, d’être et d’agir. Alors, au travail, au travail de la miséricorde ! »

 

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

 

2 réponses
  1. Boutrand
    Boutrand dit :

    Dans une très belle chanson ou le père MMZS fait l éloge d un de ses maîtres spirituels
    [ …. qui vous a écouté, ne serait ce qu un jour ne pourra plus jamais ce passer de L AMOUR … ]
    Merci a Madame E. Débord de souligner le côté irradiant de ce prêtre et nous sommes comme vous gourmands de ses homélies ses livres et chansons. Prions pour qu il retrouve le chemin d une paroisse et que Marie continue à le protéger. 🌃👼

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.