Quand le bonheur se résume à 1,3 sur 20 ans

Je travaille dans un secteur où les qualités humaines ne sont pas les plus recherchées. Non pas que bienveillance, courtoisie, chaleur, rigolades ne sont pas au rendez-vous, mais on vous valorise davantage sur vos performances et votre chiffre d’affaires que sur la qualité de votre âme ou la densité de votre vie spirituelle, et l’épaisseur de votre compte en banque est le meilleur baromètre pour mesurer votre réussite dans la vie.

Sur ce critère, ma vie je l’avoue est totalement foutue, si l’on en juge par la rapidité avec laquelle les chiffres qui apparaissent en fin de mois sur mon compte internet diminuent à la vitesse de l’éclair, et ce aussi rapidement que le compteur du téléthon augmente au fil des heures.

Comme j’ai plus d’appétences pour dépenser du fric que pour en faire gagner, et que c’est un sujet qui me passionne au fond assez peu, je me suis toujours étonnée de survivre encore dans cet univers. Il me faut croire que je dois être finalement bien plus compétente que je ne le crois ou que les qualités humaines peuvent encore séduire.

Mais ceci est un autre sujet car ce dont je voulais parler, c’est d’avoir assisté ce jour à un moment de pure extase sur le visage d’un homme, co-locataire de nos bureaux au demeurant fort sympathique mais peu connu pour faire montre de démonstrations affectives débordantes.

A la vue de sa tête illuminée, de ses yeux pétillants, de son cheveu qui s’était redressé, du bouton de sa chemise qui ne demandait qu’à sauter, de ses mains agitées, j’ai cru un instant que sa femme accouchait, que son fils lui avait dit je t’aime, qu’il avait trouvé sa base dans l’ennéagramme, qu’il avait aidé un SDF dans la rue, que nenni que nenni, tenez-vous bien : il avait réussi à négocier son prêt bancaire pour un studio en placement à 1.3% sur 20 ans.

Mes bras m’en sont tombés, j’ai hoqueté, gloussé, j’ai cru que j’allais crever de rire … Un petit merci pour avoir réceptionné tout tes meubles IKEA lui ai-je dit (il réaménage son bureau) ? Il m’a regardé avec un petit temps d’attente, a souri et m’a dit : toi je t’aime bien, tu n’es pas comme tout le monde.

Quand le bonheur se quantifie à 1,3% sur 20 ans, je me dis que n’être pas comme tout le monde c’est un compliment magnifique

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.