Un billet pas prévu

J’attendais de finir au moins un de mes livres en cours pour mettre un nouveau billet sur mon blog, (le dernier datant d’il y a deux jours je me disais qu’il n’y avait pas urgence et on peut vite frôler l’indigestion), quand je reçois ce soir un appel de mon papa qui me demande si c’est normal de ne pas avoir reçu de billet dans sa boite mail aujourd’hui.

Sous-entendu n°1 : ai-je un problème informatique et il me faudra attendre que ta sœur rentre à la maison pour le résoudre ?

Sous-entendu n°2 : je suis devenu accroc et j’attends tes billets avec impatience.

Dans les deux cas, je trouve cela extrêmement touchant, car l’excès d’émotions chez nous frisant l’indécence (sauf à la sortie d’un nouveau livre sur Louis XVI), il faut savoir lire les sous-titres et la symbolique des sous-titres, pour deviner un contentement évident.

Heureusement l’amour filial et quelques années de fréquentations paternelles permettent de passer outre, et de savoir que si dimanche dernier était certes la canonisation d’Elisabeth de la Trinité, on retient surtout le 16 octobre comme étant le jour où Marie-Antoinette a été guillotinée. Au moins, on se souviendra désormais de la date de canonisation d’Elisabeth de la Trinité. Il faut donc suggérer au pape d’organiser un évènement d’importance un 21 janvier la prochaine fois …

Donc, mon cher papa que j’aime, je te dédis donc ce petit billet du soir que tu liras probablement aux aurores, réseaux sociaux étant honnis, et messagerie fermée assez tôt dans la soirée.

Et comme je te sais avide de nouvelles de tes petits-enfants, sache que ta petite-fille s’est mise dans la tête de lire une encyclopédie « 1000 infos à connaitre » à défaut d’avoir le tome 6 des aventures d’Harry Potter et que les romans de son âge étant trop courts à son goût, elle demande si elle peut commencer le Seigneur des Anneaux en version intégrale.

Et que ton petit-fils était rouge de fierté ce soir d’avoir enfin battu au viet-vo-dao deux ses petits camarades qui ont, je cite, une demi-règle de plus que lui (comprendre : qui sont plus grands d’une tête), et qu’il demande si Granny peut cultiver un potager pour cueillir lui-même des brocolis. Ah si, autre source de joie pour lui, il n’est plus au premier rang à la chorale mais au 2ème ce qui prouve qu’il n’est plus le petit. Alors que pour la photo de classe datant d’il y a quinze jours, il était devant, mais au moins comme il faisait moche, il n’a pas pris le vent.

Et en vrac, ils m’ont encore demandé ce soir s’ils pouvaient être dans la même classe l’année prochaine, adorent le caté cette année depuis qu’ils peuvent pique-niquer le mercredi midi à la paroisse (horreur pour moi qui dois préparer leur sandwich préféré à l’aube : beurre et fromage, c’est dire l’abnégation de leur mère, moi qui déteste voir, sentir, toucher ces deux ingrédients !!!!) et trouvent que les fêtes juives en ce moment c’est cool car la moitié de la classe étant absente, il n’y a pas de devoirs.

Quant à moi, (stratégiquement je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de donner de mes nouvelles après celles de mes enfants car le billet risque de ne pas être lu jusqu’au bout), je me sens merveilleusement bien, emplie d’une joie profonde et j’espère durable en dépit de …. ce que tu sais.

P.S : je parle beaucoup de mon papa m’a-t-on fait remarquer, mais c’est que mon papa est un archétype en lui-même, un personnage de littérature. Ma maman, et ben, c’est une maman merveilleuse mais je ne suis pas certaine qu’elle adorerait que je la taquine sur un blog …

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

4 réponses
  1. Gustave
    Gustave dit :

    Ton fils aime les brocolis pas ton père ce n’est donc pas génétique, pas de ce côté là du moins. Moi tu me ferais manger du billet, de la nouvelle à chaque repas. J’ai acquis le gêne Elvire Debord et j’en raffole.
    Continue ainsi

    Répondre
  2. Domdom
    Domdom dit :

    Ma fillote, Je goûte chaque mot … et me réjouis des activités de
    mes petits enfants … sauf pour les brocolis.
    Je t’embrasse, ton papa

    Répondre
  3. Etienne MULLER
    Etienne MULLER dit :

    Chère Elvire,
    ce billet est une merveille de tendresse et de finesse. Je vais désormais, comme votre papa et comme d’autres abonnés, me réjouir à mon tour de trouver dans ma messagerie la notification de ceux qui viendront par la suite.
    Bien chaleureusement à vous, avec une pensée de joie pour celle que vous apportent vos deux trésors.
    Etienne

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.