Les cathos de Linda Caille

Enquête au cœur de la première religion de France.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçus il y a une quinzaine de jours un mail des Editions Tallandier me demandant si je serais intéressée pour lire et recenser un livre à paraître de la journaliste Linda Caille enquêtant sur les catholiques de la France d’aujourd’hui.

Il se serait agi d’un livre sur la culture des champignons en Amazonie que ma fierté n’en aurait pas été moins grande, mais fort heureusement pour moi, le choix était plus ciblé. Je réceptionnais donc il y a une dizaine de jours  ce livre dans ma boîte aux lettres, le destinataire étant « Blog – A la recherche du temps présent » avec mon nom et mon prénom en-dessous. Ce double évènement étant une grande première en soi (recevoir un livre d’un éditeur et de surcroit en ciblant mon blog), je me permets de le souligner car ce 17 février 2017 fut pour moi un jour de grande émotion marqué en gros, gras et souligné dans mon journal.

Je me suis donc mise à la lecture de ce livre cette semaine, ouvrage que je n’aurais pas spontanément acheté il me faut bien l’avouer. Je l’ai abordé non sans quelques réticences, ayant généralement un a priori assez suspicieux sur les articles ou enquêtes touchant à la religion catholique, le travers étant bien souvent de faire des analyses ou d’aborder l’Eglise comme on enquêterait sur un parti politique ou une idéologie, et donc de la vider de sa substance essentielle sans laquelle elle ne diffèrerait en rien d’une association caritative ou d’un rassemblement de cadres dynamiques ou d’un mouvement de jeunes en quête d’un idéal commun.

Linda Caille évite cet écueil en dressant un portrait des catholiques qui se veut neutre et objectif. Deux ans d’enquête lui ont permis d’aller au-devant de catholiques d’horizons très divers, des « tradis » aux charismatiques, des « sociaux » aux nouveaux convertis, des lieux de pèlerinage aux paroisses plus désertiques, en passant par la jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) ou la Communauté Saint Martin.

La France des catholiques reflète au fond sa diversité sociologique.

Si la religion catholique demeure la première religion de France, ne serait-ce qu’en raison de son ancrage dans son histoire, la désertification de bon nombre de paroisses et la rareté de ses prêtres dans certaines régions, associées à un manque flagrant d’une simple culture chrétienne, deviennent alarmantes, pour ne pas dire préoccupantes.

En parallèle, et comme en contrepoids, les catholiques s’affichent de plus en plus décomplexés, sont davantage engagés dans les associations et le tissu urbain ou rural, sont en quête de lieux de rassemblement et de partage, et la pénurie de prêtres en certains lieux oblige à un plus grand investissement des laïcs.

Si on peut se réjouir de cette diversité de l’Eglise catholique, signe de son universalité, et permettant à chacun de pouvoir vivre sa foi selon sa sensibilité et cheminement propres, n’oublions pas malgré tout que diversité ne doit pas rimer avec guerres intestines, et que l’Eglise est une, sainte, catholique et apostolique.

Une foi qui rayonne est une foi qui rassemble.

Evangéliser n’est pas faire adhérer à une doctrine.

Susciter des conversions n’est pas recruter.

S’engager dans l’action sociale n’est pas militer.

Etre missionnaire, c’est d’abord et avant tout mettre ses pas dans ceux du Christ et témoigner de la joie de cette Rencontre Unique.

Soyons joyeux, retrouvons le sens du Sacré, adoptons une attitude bienveillante vis-à-vis du Pape, entourons nos prêtres, et les églises se réveilleront et se rempliront.

Linda Caille est journaliste du fait religieux. De 2004 à 2011, elle a été la rédactrice en chef de la revue Mission. Elle a sorti en 2013 une enquête remarquée sur la montée de l’Evangélisme en France aux éditions Fayard.

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.