Risquer l’infini de Clotilde Noël

« Certains jours, quand je suis seule avec Marie-Garance, qui ne bouge pas vraiment, qui ne parle pas mais qui émet régulièrement des gazouillis, je sens à quel point elle habite l’espace, à quel point cette vie prend place dans notre nid et porte une saveur autre qui nous emplit d’une paix et d’une joie infinies. Nos vies sont moins imprégnées d’une course effrénée : elle nous oblige au calme, à la paix, à faire les choses doucement les unes après les autres. (…) A cette question qui nous est posée régulièrement, nous répondons : « Non, nous ne nous arrêterons pas ! » Ou plutôt : « Oui nous allons continuer, tant que le destin nous prête vie, sur ce chemin qui nous est offert, et qui nous rend si heureux. »

En mai 2017, je découvrais la famille Noël.

Non pas dans un salon littéraire, ni à une soirée, ni même à un dîner. Sur facebook.

S’il est vrai, comme je le dis souvent, que ce drôle d’outil peut souvent m’exaspérer, il est vrai aussi qu’il a permis de belles rencontres, certaines qui se sont concrétisées dans une rencontre « réelle » d’amitié, d’autres qui sont restées épistolaires mais avec qui il est plaisant de converser, échanger sur des sujets qui nous lient et quelques-unes que je suis sans se connaître mutuellement mais dont le motif essentiel est qu’elles nous portent,  tout simplement.

Les Noël font assurément partie de cette dernière catégorie même si j’adorerais rencontrer Clotilde pour de vrai.

J’avais écrit un billet en mai 2017 que vous trouverez ici en m’adressant directement à leur petite Marie, tout juste adoptée au sein d’une joyeuse fratrie de déjà 6 enfants.

Clotilde avait décrit au sein de deux livres formidables « Tombée du nid » et « Petit à petit » ce parcours incroyable de demande d’adoption d’un enfant pas comme les autres et ce qui devait être un simple journal personnel à destination de sa fille, est devenu un premier livre à succès puis un deuxième regorgeant de tout un tas de témoignages nés de la communauté qui s’est créée autour de leur histoire.

Depuis Marie, il y a eu Marie-Garance, et tout récemment un petit Frédéric, chacun avec leur propre particularité. Frédéric sera peut-être dans un 4ème ouvrage, mais aujourd’hui, Risquer l’infini, sorti en mars 2019 aux éditions Salvator, est consacré à Marie-Garance.

Véritable hymne à l’amour, cette famille incroyable force tout de même l’admiration. Neuf enfants, dont trois derniers tombés du nid. Il en faut de l’amour, du courage, du charisme pour franchir toutes les étapes de ce véritable parcours du combattant qu’est l’adoption, laisser le cœur ouvert à ces enfants qui se retrouvent rarement en tête de gondole des critères de recherche, et trouver une place unique et particulière à chacun. Il faut être un peu fou, assurément ! Mais quelle joie que cette folie contagieuse que nous transmet Clotilde, ce défi insensé de se jeter dans le vide avec comme seul harnais celui de croire à l’amour sans limite.

Risquer l’infini pour le toucher, c’est le pari de la famille Noël.

Ce dernier livre, c’est leur histoire qui se raconte, se dévoile, continue. Clotilde écrit comme elle est probablement dans la vie : naturelle, sans faux-semblant. Elle parle avec son cœur. Comme je l’écrivais dans mon précédent billet, chaque ligne de ses livres ruisselle d’amour, d’émotions, d’instants présents pleinement vécus.

Un témoignage totalement thérapeutique pour qui aurait un coup de spleen.

A lire sans modération, dans l’ordre ou le désordre, cet été ou maintenant.

P.S : l’intégralité des droits d’auteur est reversée à des projets en faveur de l’accueil des plus fragiles via l’association Tombée du nid. 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.