Discours épidictique – A ma fille

Au moment d’écrire ces quelques mots en hommage à celle qui me fut confiée comme fille, quelle n’est pas ma confusion à tenter de décrire celle qui est encore diamant brut posé dans un écrin, un trésor caché et pourtant accessible à ceux qui prennent le temps d’en percevoir les clés.

L’exercice est ardu à rendre grâce aux âmes extraordinaires et le risque fort d’en être de piètres portraitistes. Mais puisque telle est ma mission, c’est la plume tremblante et le cœur ému que je tente de m’essayer à la remplir et la mener à son terme, le terme n’étant ici en rien funèbre mais plutôt floraison.

 En fanfare tu arrivas dans ce monde, pressée d’en découdre avec la vie trois mois avant la date annoncée. Défunte avant l’heure, handicapée en devenir, tel aurait dû être ton destin. Tu déjouas tous les pronostics et, collée à ton jumeau qui serait bien resté plus longtemps dans les entrailles de sa mère, tu revêtais déjà tous les traits de caractère qui sont encore les tiens du haut de tes 15 ans. « Parlez, causez » aurais-je pu t’entendre dire et de fait, miraculée tu fus, à 9 mois tu gambadais et si la grande faucheuse t’a regardée, elle n’a pas osé trop s’approcher.

Ton prénom, que nous voulûmes héroïque, Isolde, ne fut jamais si bien porté. Certaines personnalités vous saisissent ; ni dédaigneuses, ni hautaines, elles se posent cependant là. Un regard, une posture, une éloquence dressent autour d’elles un cercle d’intimité, de délicatesse, de respect conduisant à rester à la place qui doit être la sienne et à vivre dans une plus grande justesse. Un enfant de cette nature vous reconnait comme mère, lui en donne toute sa légitimité. Tu fus un tel enfant, depuis toujours, et ce cadeau, pour qui accepte de s’en saisir sans être effrayé ou de passer à côté, c’est le prix d’une immense exigence envers soi, envers toi, et une grâce dont je reste éternellement reconnaissante.

Facile tu fus, décidée en tout et pour tout, le faisant savoir d’une façon étonnante qui démontrait une intelligence hors du commun : le discours délibératif ou judiciaire te fut inné dès ton plus jeune âge, le goût des mots déposés avec soin dans les endroits stratégiques pour faire part de tes états d’âme m’a toujours époustouflée, et très vite il fut acquis que je ne pouvais t’amener à faire ou dire ce à quoi tu n’avais librement consenti.

Aujourd’hui adolescente, tu pourrais être l’incarnation de ces figures de l’ennui qui sous la plume d’un Chateaubriand, d’un Huysmans, d’un Saint Augustin manifeste la difficulté d’être en équilibre instable entre le divin et le terrestre, le spirituel et le charnel. Cette tension qui t’habite auréole encore davantage de complexité ton âme et ta personnalité, et le vertige qu’elle inspire est à la hauteur de l’admiration qu’elle procure.

Cette alchimie improbable entre volcans et plaines paisibles, fougues et solitudes, envolées lyriques et mélancolie profonde, te confère une force à toute épreuve et une sensibilité à fleur de peau.

Ta présence donne sens à la vie, et voilà que ton évocation déjà nous anime.

Heureuse je mourrai d’avoir passé ce temps sur terre à tes côtés, et cet éloge est destiné à tous les vivants, dans l’émotion qu’elle chercher à partager, qui seraient tentés de déserter cette place si exceptionnelle que celle d’accompagner un enfant.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.