Une journée traditionnelle sur la lune

On peut craindre bien souvent la monotonie et le coté soporifique de nos métiers, mais c’est généralement dû à notre côté gaulois qui nous pousse spontanément à ronchonner, alors que si on prend un peu de distance, il est rare que les journées ne soient pas truffées de moments absolument lunaires qui créent des fous rires assumés ou intérieurs.

Cette journée en particulier a commencé par l’appel d’un journaliste spécialisé dans l’immobilier qui demandait notamment (enfin j’espère que c’était une question pour la rigolade et pas le cœur du sujet, ou sinon on est réellement dans un monde de dingues) si les dernières péripéties de Kim Kardashian avaient des répercussions sur le mode de protection des hôtels. Et là, mon boss débarque dans notre « open-space » en demandant : c’est qui Kim Kardashian ?

Il y a eu un moment de flottement en pensant qu’il plaisantait, on a commencé à murmurer  ben voyons Kim quoi, celle qui a plus de 8 millions de followers sur les réseaux.

« -Ah bon ? mais à quoi ça sert ? comment elle gagne sa vie? »

« -Ben justement comme ça notamment et puis c’est la femme de Keany West. »

« -C’est qui celui-là encore ? »

« -Mais enfin, c’est un des rappeurs les plus sulfureux. »

« -Un rappeur ! vous pensez que je connais des rappeurs moi. »

« -Ah non évidemment mais vous n’avez jamais entendu parle de son beau-père  devenu transsexuel ? »

« -Transsexuel… vous voulez dire que son beau-père est devenu sa belle-mère ? »

« -Heu oui, il y a de l’idée … mais vous avez répondu quoi au journaliste du coup si vous ne voyez pas de quoi il parle ? »

« -J’ai juste répondu sur la protection des hôtels … »

« -Heureusement que ce n’était pas Voici qui vous interviewait … »

Un peu plus tard dans l’après-midi, il débarque à nouveau dans notre bureau en demandant comment s’est passée la réunion de chantier portant sur un appartement actuellement en travaux. Et là, mon collaborateur financier absolument adorable mais qui en terme de gestion des émotions mesure, rappelez-vous, son bonheur à 1,3 sur 20 ans, lui sort : je me suis étonné moi-même car pour la première fois, j’ai arrêté de voir cette opération en terme de chiffres mais j’ai dit aux architectes « nous avons tous le même objectif, c’est terminer les travaux et nous serons tous contents ».

Là aussi, gros moment de flottement, nos yeux sont sortis des orbites, un spasme nous a traversé le corps, puis gros éclats de rire :

«- c’est le fait dire « content » qui te rend nerveux à ce point ? »

« – oui ça change de la banque »

« -tu veux dire que l’immobilier te rend plus humain que la banque ? »

« – on peut dire ça »

« – ah oui tout de même tu pars de loin pour dire ça. Ne serait-ce pas plutôt nous qui sommes plus sympas que tes anciens requins ?

« – maintenant que tu le dis c’est possible »

« – Et tu le vis comment de sentir ton cœur palpiter ? »

« – (yeux qui pétillent) c’est plutôt agréable »

Il est donc là le sel de la vie, quand les rires et les sourires soudent une équipe

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

 

 

2 réponses
  1. Gégé
    Gégé dit :

    L’humanité n’est pas totalement perdue s’il existe à Paris quelqu’un pour ignorer l’existence de cette exhibitionniste sans talent ni intérêt qui crie au scandale et au vol de sa vie privée aujourd’hui! Quand elle nous livre ses ébats en gros plan dans sa sextape visible sur internet elle crie quoi?
    Si en plus de cette bonne nouvelle la finance arrive à s’émouvoir, alors oui il y a de l’espoir.
    Le changement c’est maintenant, enfin pas tout de suite mais bientôt.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.