Les feux de Notre-Dame de François Bert

« Ses deux tours, imperturbables, semblent porter le deuil et tenir néanmoins audience, comme une reine de France poussée à la régence l’heure suivant l’agonie de son roi de mari, tandis que le jeune héritier n’est pas encore prêt à régner. L’éprouvée retenant ses larmes exprime alors tout ce qui peut exister de noble en cette circonstance : silencieuse dignité, effacement de la volonté propre pour être le visage de la communauté, pas vertigineux vers le courage pour que perdure l’avancée. (…) Se détachant nettement des gravas enchevêtrés, une croix dorée reçoit la lumière comme si un projecteur lui était adressé du ciel. »

Les romans de François Bert sont toujours l’occasion de grands rendez-vous avec soi-même. Partant d’une réalité partagée, François a ce talent, qui touchera les amoureux des profondeurs et des ressorts cachés, de décrire ces moments de vie où tout bascule.

L’incendie de Notre-Dame a brisé cruellement le cœur de nombreux Français, comme un signal d’alarme qui viendrait réveiller nos consciences endormies face à un intemporel que l’on croyait indestructible.

Devant la matière qui s’écroule ont jailli toutefois une lumière, des instants de grâce, des rencontres, qui ont bouleversé nombre de ceux qui étaient sur le terrain. François Bert s’empare de cet évènement pour travailler au cœur ce qui a pu sourdre en cascades et nous offrir un roman ciselé sur ces instants qui parfois bousculent au creux des reins.

Nos histoires personnelles sont trainées bien souvent comme des fardeaux que l’on peine à identifier. Elles n’empêchent pas d’avancer mais elles sont comme un carcan qui enserre nos talents, nos charismes, notre capacité à réaliser nos désirs profonds, orientent nos choix ou nos rencontres amoureuses ou amicales. Ces tourments enfouis nous sautent parfois à la figure dans ces moments de vie qui nous dépassent et l’urgence d’y faire face s’impose pour en sortir différents mais grandis.

C’est ce que vont vivre les protagonistes de ce livre.

Nous retrouvons dans ce roman les thèmes chers à François que je partage tellement : nos monuments chargés d’histoires et de sens, souvent délaissés pour des structures modernes et sans âme, dont on peine à concevoir qu’elles modèlent à leur insu les personnes qui les habitent. La spiritualité qui seule a cette force de nous transcender et nous élever quelque soit notre condition. La place des chefs, l’autorité, la nécessité de prendre sa place dans le monde selon ses talents, le courage, la loyauté, la quête de sens.

Un roman qui parlera à tous ceux qui sont habités par ces ressorts intérieurs.

Un joli coup de cœur de littérature.

François Bert a été plusieurs fois mis à l’honneur sur ce blog. Vous pourrez le retrouver ici pour son livre Côté 418 et ici pour son livre Le temps des chefs est venu.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.