Whiplash de Damien Chazelle

Je voudrais parler aujourd’hui d’un film sorti en 2014, revu tout récemment : Whiplash,  film dramatique américain, écrit et réalisé par Damien Chazelle.

Un film magnifique,  mais qui semble injustement trop méconnu en dépit de ses 14 prix et 16 nominations.

Nous pouvons lire sur l’affiche « duel inoubliable », « jouissif », « une révélation », et pour une fois, ces termes sont loin d’être galvaudés.

Nous suivons Andrew (Miles Teller), 19 ans, qui ambitionne de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Au sein du prestigieux conservatoire de Manhattan où il s’entraine avec acharnement, il est rapidement repéré par Terence Fletcher (J. K Simmons), professeur impitoyable et intraitable, en charge du fleuron des orchestres de jazz de cette école.

Dans cette quête d’excellence, nous assistons aux rapports de force psychologiques de cet élève et de son mentor qui oscillent entre haine et fascination, et où l’exigence poussée à l’extrême flirte avec cruauté et destruction.

Nous sommes tenus en haleine par cette question au fond lancinante : quel prix payer pour faire émerger un talent, la quintessence de son art ? Frontières délicates entre perfectionnisme et sadomasochisme, rigueur et obsession, endurance et torture…

Le film est de surcroit porté par sa bande-son remarquable.

Pour ma part, j’ai été transportée par ce duo d’acteurs époustouflants au jeu magistral, j’ai vibré de bout en bout jusqu’à l’apothéose finale absolument incroyable.

A une époque où la plupart des films (grand public) manquent je trouve d’épaisseur et de profondeur, réussir à s’émouvoir devant des longs-métrages qui sortent des sentiers battus est une performance à relever.

Un film épuisant mais sublime.

whiplah

Abonnez-vous pour recevoir mes billets

 

 

2 réponses
  1. Gustave
    Gustave dit :

    Ma chère Elvire, j’ai ressenti à la vision de ce film les sensations et sentiments que vous décrivez toujours avec justesse et brio. Votre blog est fait d’exigence et de vérité, sans violence, sans excès pour le bonheur de vos lecteurs si privilégies.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.